Dans le rétro de WAW 2018

La septième édition des Wheels & Waves, événement célébrant la moto, le surf et la pilosité, s’est déroulée du 14 au 17?juin à Biarritz. Chahuté par les éléments climatiques, ce festival où l’on court chaque année du monde entier a dû composer pour maintenir le programme annoncé de part et d’autre de la frontière.

À l’ombre d’Iraty
Événement dans l’événement, le village des Wheels & Waves 2018, que les plus assidus auront vu naître au pied du Château de Brindos, se développer au pied du phare de Biarritz puis exploser aux abords de la Cité de l’Océan, a renoncé au spectacle formidable de l’Atlantique, pour se réfugier à l’abri de la Halle Iraty, le centre des expositions biarrot. Une déception pour le public, certes nombreux, qui a troqué le soleil et les embruns pour des éclairages artificiels et un air recyclé. Une raison suffisante pour se précipiter au-dehors, loin de ce grand marché Kustom écrasé par la présence des grandes marques du textile et de l’équipement, et assister aux spectacles proposés hors les murs.
Des duels au sommet
Épisode particulièrement attendu, le Punk’s Peak a de nouveau déchaîné un tonnerre mécanique au sommet du magnifique col de Jaizkibel. Des courses à l’ancienne, mano a mano, au cours desquelles deux machines s’affrontent, tentant de rallier la ligne d’arrivée le plus rapidement. La montagne et l’océan, en contrebas, témoins de ces sprints sous les clameurs d’un public galvanisé par le décorum et l’enjeu.
Dans la gadoue
Accumulée par des pluies abondantes, la boue a bien été au rendez-vous du premier Swank Rally organisé dans le cadre des W&W. Un bain de gadoue offert gracieusement aux pilotes de cette compétition d’enduro et aux spectateurs rassemblés au bord de cette piste nichée en pleine campagne à Saint-Pée-sur-Nivelle. Des visages et des motos pétris de terre dans une ambiance festive et pétaradante?!
Motor art
Décor portuaire et industriel, dans la Casa Ciriza de Pasaia, de l’autre côté de la frontière, pour le cinquième volet du Artride, grande exposition dédiée aux arts mécaniques, graphique et photographique. Ce temple éphémère a regroupé le temps du week-end de superbes créations motorisées des préparateurs japonais Shinya Kimura et Toshiyuki Osawa, une œuvre impressionnante produite sur le site par l’artiste muraliste Robert Vargas ou encore des photographies de Yan Morvan mettant en scène de turbulents «?blousons noirs?».
L’art de tourner en rond
Côté sud du pays basque toujours, à San Sebastian, l’honorable hippodrome de Lasarte a résonné une nouvelle fois au son des engins de flat track engagés sur la compétition «?El Rollo?». Des pilotes au coude à coude sur un ovale de terre rivalisant de dextérité pour offrir aux fervents un spectacle à mi-chemin entre la glisse et la course moto. Une occasion unique d’admirer Jean-Michel Bayle, le héros français, en démonstration sur la piste et de croiser, pour les plus chanceux, le grand champion américain Freddie Spencer au détour des allées.
Les vagues sans les roues
Les légendes étaient également présentes sur le spot des Wheels & Waves.
Joël de Rosnay, pionnier du surf en France, était le parrain de l’évènement et en particulier du contest de long board organisé sur la plage de Milady, orpheline de la ferveur habituelle après le déménagement précipité du village vers l’intérieur des terres.

Par Pierre Labardant