Mathias Malzieu

Mathias Malzieu chanteur du groupe de rock français Dionysos; musicien et écrivain français.

Votre date de naissance, Mathias ?

Je suis né deux fois. La première, le 16 avril 1974 à Montpellier.
Et ensuite comme j’ai été greffé de la moelle osseuse je suis à nouveau né le 21 octobre 2014 à Paris.

Comment était le petit garçon de l’époque ?

Le plus petit de la classe. Roux et un peu rêveur.

Comment cela se passe à l’école ?

Cela se passe bien et mal à la fois. Je découvre les jolis problèmes de l’hypersensibilité d’un jeune garçon. Hyperactif, j’ai besoin de faire beaucoup de sport, de me dépenser énormément.. Je rêve beaucoup en classe et j’ai des problèmes de discipline. Mais rien de grave, je prends conscience de l’amour, de l’amitié. On apprend pleins de trucs, on apprécie certains professeurs d’autres un peu moins. Je n’ai jamais eu des résultats extraordinaires, j’ai toujours été nul en math, trop étourdi surement. A l’école j’avais besoin de comprendre à quoi cela allait me servir, je me demandais pourquoi j’apprenais tout cela.

C’est vers la seconde que j’ai commencé à me prendre de passion pour la lecture et à forger ma propre culture avec la musique et les films. Enfin, je travaillais sur quelque chose qui me plaisait. Par la suite la fac de cinéma m’a passionné.

Est-ce que tu as souvenir d’un maître, d’une maîtresse?

Je garde un très bon souvenir d’une remplaçante en CP-CE1, Melle Thomas une petite blonde très jolie. J’étais amoureux d’elle et je voulais lui montrer que j’étais un bon élève donc j’ai mieux travaillé en cours..

Comment occupiez-vous votre temps libre ?

Je passais beaucoup de temps dans la pinède au-dessus de la maison, à faire des cabanes avec les copains.On se prenait pour des Indiens. On jouait beaucoup au foot, tirer des pénalties entre deux sapins. 84, c’était l’année de l’euro gagné par l’équipe de Platini.

Faisiez-vous du sport à l’époque ?

Je faisais beaucoup de tennis. J’étais très fan de McEnroe, il était spectaculaire! J’aimais cette période du tennis avec les Ivan Lendl, Mats Willander, Jimmy Connors, Yannick Noah..Quelle époque ! C’était du Star Wars sur terre battue avec le méchant, le gentil, et le bon…

Comment s’est fait votre éveil au monde de la musique ?

Il y avait beaucoup de musique à la maison, on avait une platine ou tournait du rock n roll, du Brel ,du Brassens. Ma sœur faisait du solfège et je l’accompagnais au bout du lotissement. Mais en fait elle détestait cela et on s’arrêtait en chemin fumer des clopes Pour moi la musique c’était un truc pénible de plus. Mon père voulait que je fasse de la trompette et quand on a voulu m’inscrire au solfège j’ai refusé.. La révélation s’est produite plus tard vers 18 ans lorsque  je commence à écrire des textes et emprunte la guitare dans la chambre de ma sœur. Comme je ne connais pas le solfège je demande à un ami. Il me montre trois accords. J’avais écrit un petit poème et avec la musique je me suis rendu compte que ça faisait une chanson. Et là, j’ai eu la sensation d’avoir un super pouvoir. J’avais créé quelque chose !

Et à 19 ans on lance le groupe Dionysos.

Aviez-vous la télé dans votre maison à l’époque ?
Je regardais Récré A2 avec Goldorak, Albator, Ulysse 31, Capitaine Flam ou Cobra. J’avais le trac pour Goldorak j’avais peur pour lui. J’aimais ce mot “métamorphose” J’aurais adoré passer par une trappe et me retrouver dans une soucoupe volante.

L’univers Star Wars est arrivé plus tard. J’ai vu en premier Le Retour du Jedi. J’avais aimé à cette époque mais j’avais peut-être pas tout compris.
J’ai redécouvert la trilogie à l’adolescence lors d’une soirée ciné et là j’ai vraiment kiffé. Ce western de l’espace m’a passionné.

Je me souviens aussi de Gremlins, Retour vers le Futur, et d’ET, l’extra terrestre.

Avez vous des souvenirs de lectures ?

Pas beaucoup de lecture à ce moment je n’avais pas encore compris que c’était des copains les livres. Mon premier grand souvenir de lecture c’est le Petit Prince même si on a l’habitude de dire que c’est un livre pour adulte. Le voyage initiatique entre les planètes, les rencontres, la poésie, m’ont captivé!

Vous vouliez faire quoi plus tard ?

Je voulais être vétérinaire parce que j’avais des animaux et je voulais pouvoir les soigner. Plus tard, un ami de mon père qui était chef de gare m’a confié son bâton pour démarrer le train. J’ai fait le geste et le train est parti.  J’ai ressenti une émotion à ce moment là ! Pendant 4 à 5 ans j’ai voulu être conducteur de train. J’aime les trains ! J’avais un train électrique et j’ai développé petit à petit une passion pour le voyage..

Une couleur pour résumer votre enfance ?

Je dirais le rouge, la passion, le coeur, le sang. Ma première équipe de foot était rouge et noir.