Du whisky single malt distillé à Guiche

Matthieu Rivera s’est lancé dans la production artisanale de whisky et de gin. Produit à 100 % au Pays basque, à Guiche très exactement. Portrait.

Il y a des dizaines de brasseurs dans le Sud Ouest, mais très peu de distilleries. Entre la bière et le whisky, Matthieu Rivera a vite choisi. Cet ancien professionnel de la distribution de vins chez les cavistes a « toujours eu un faible pour les spiritueux ». Pas étonnant donc qu’il se lance, il y a quatre ans, avec un associé Olivier Marquès, dans la distillation.
« Un secteur bien plus complexe que la brasserie artisanale, qui est moins coûteuse, la bière n’a pas besoin de vieillir et l’activité peut être très vite rentable, dit-il. Pour la distillation, c’est autre chose ! D’abord, il faut trouver les financements pour payer son atelier de production, un alambic, c’est minimum 75 000 €, donc ce n’est pas le plus simple. »
Matthieu Rivera a trouvé un banquier, qui lui a fait confiance et a pu ensuite démarcher des collectivités pour s’installer, car les normes de sécurité sont drastiques en la matière. « Nous avons acheté le terrain à Guiche, zone artisanale du Plaisir et avons fait construire notre distillerie. »
4 000 bouteilles par an
La distillerie Sugaar (dieu du feu en basque) a lancé sa production artisanale à la fin de l’été, d’abord de gin, avant celle de whisky, qui doit avoir une période maturation d’au moins trois ans en fût. Le gin a la cote de ce côté-ci du Sud Ouest. Très populaire en Espagne, le gin a trouvé son public au Pays basque.
« Nous avons misé sur une production très locale avec des ingrédients cueillis ici comme la baie de genièvre en Pays basque sud, les agrumes du côté de Bilbao… Nous avons une production de 4 000 bouteilles sous la marque Orregin (faiseur de genièvres). »
Le gin est vendu chez des cavistes de la région et dans quelques adresses de bars et restaurants, de Pau à Bordeaux en passant par Bayonne. « C’est un gin haut de gamme, frais, élégant, avec un vrai goût d’alcool, idéal pour les gin tonic, qui représente 98 % de la consommation de gin », dit Matthieu Rivera.
Pour le whisky, Sugaar travaille aussi avec de l’orge produit localement, du côté d’Orthez pour l’instant, les « prochaines productions proviendront de Guiche avec une agricultrice bio », précise Matthieu. Dans un pays qui apprécie le whisky (la France est le premier pays consommateur au monde), Sugaar mise sur le haut de gamme, le single malt (100 % malt d’orge, produit dans une seule distillerie), à raison de 4 000 bouteilles par an, avec une traçabilité plus locale que la concurrence, rude sur ce marché concurrentiel du whisky qui peut aller d’une bouteille de blended à 15 € jusqu’à 60 € pour du single malt…

Distillerie Sugaar : Zone du Plaisir – 64520 Guiche Tél. : 07 70 15 99 74